04. La commune s’engage dans le Manger local

04. La commune s’engage dans le Manger local
La commune de Ligné a aujourd’hui plus de 5 000 habitants et 1 868 élèves scolarisés dont presque 1 700 demi-pensionnaires chaque jour dans 3 restaurations collectives différentes. Ce ne sont pas moins de 231 600 repas servis chaque année à Ligné.

Le contexte

Depuis quelques mois, le «Réseau LOCAL 44» (Chambre d’Agriculture de Loire-Atlantique, AMF 44 et Département) cherche à amplifi er l’approvisionnement de la restauration collective en produits locaux. L’objectif principal est de s’inscrire dans une démarche de développement durable en consommant local et en favorisant l’ancrage territorial de l’alimentation. « Manger mieux, gaspiller moins, développer la consommation des produits locaux sont des axes de travail que nous avons souhaité introduire dans notre politique de développement durable », souligne Anne-Marie CORDIER, adjointe au Maire en charge de l’environnement.

Enfants retaurantDans ce contexte, la Chambre d’Agriculture et ses représentants locaux ont proposé à la commune de Ligné de lancer une expérimentation auprès des 3 restaurations collectives. Jean-Roland BARRET, chargé de mission Alimentation et Territoires à la Chambre d’Agriculture de Loire-Atlantique, précise « la démarche est complexe puisqu’elle concerne 2 types de gestion distincte, directe et concédée, et 3 donneurs d’ordre différents : la commune, le Département et l’OGEC ». De plus, d’autres facteurs entraient aussi en considération: le prix du repas, les quantités à fournir, la logistique...

Tous les acteurs concernés (Chambre d’Agriculture, les donneurs d’ordre, les sociétés de restauration) se sont rencontrés à plusieurs reprises. Les participants ont accueilli cette démarche avec beaucoup d’intérêt et l’ont approuvée à l’unanimité.

Une semaine événementielle

  • Du 13 au 17 novembre 2017

Une semaine test est organisée au sein des 3 restaurants scolaires de la commune.Les 4 repas seront confectionnés avec au moins un nouveau produit local. La composition des menus est laissée libre pour chacun des établissements. Pour ce faire, la Chambre d’Agriculture a démarché les producteurs potentiels pouvant répondre aux exigences de ce marché et a fourni toutes les références aux gestionnaires des restaurants scolaires.

« L’objectif est de collaborer avec de nouveaux producteurs et l’ensemble des filières pour pérenniser ces pratiques sur le long terme », conclut Mickaël TRICHET, membre du bureau de la Chambre d’Agriculture de Loire-Atlantique et président de la FNSEA 44 (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles).

site internet mairie