Station d’épuration

Une infrastructure indispensable à l'évolution démographique lignéenne.

La commune est passée d’une population de 2948 habitants en 1999 à 5000 habitants aujourd'hui.

L’objectif affiché dans le plan d’aménagement et de développement durable de la commune (PADD), lors de la dernière révision du Plan Local d’Urbanisme, a fixé à 5000/5500 habitants le niveau de population pour 2016.

Dans ce contexte, la station d’épuration en service jusqu'en 2006 ne pouvait plus répondre aux besoins à venir.

 

Historique

La station d’épuration précédente, dont la capacité nominale était de 1350 équivalents habitants, a été mise en service en 1976. Dans le cadre du zonage d’assainissement réalisé en 1996, un diagnostic de la situation en matière d’assainissement a permis de faire le point sur le fonctionnement des infrastructures existantes et a mis en évidence un certain nombre de dysfonctionnements :

  • un réseau de collecte sensible aux apports d’eaux parasites d’infiltration et aux eaux pluviales ;
  • un apport d’eaux pluviales important, occasionnant un déversement en tête de station, même lors de pluviométrie moyenne ;
  • une station d’épuration parvenue à saturation ;
  • une vétusté et un dimensionnement insuffisant du clarificateur ;
  • une insuffisance du stockage pour la filière boues.

Mesures engagées

Les grandes lignes du programme à engager étaient les suivantes :

  • fiabilisation du transfert des effluents et régulation hydraulique ;
  • réduction des eaux parasites d’infiltration sur le réseau séparatif ;
  • diminution des apports d’eaux pluviales sur le réseau séparatif ;
  • augmentation de la capacité de traitement par la création d’une nouvelle station d’épuration.

Les trois premiers points ont fait l’objet d’un certain nombre d’interventions sur le réseau d’assainissement :

  • inspection télévisée du réseau et mise en œuvre de travaux de réhabilitation ;
  • contrôle des branchements par l’exploitant, tests à la fumée, travaux de mise en conformité.

Il nous restait donc à nous attaquer au dernier point : engager la construction d’une nouvelle station d’épuration.

 

Les caractéristiques de l’ouvrage réalisé

La capacité nominale de la station actuelle est de 3000 équivalents habitants, compte tenu du développement des zones urbanisées ou à urbaniser et du raccordement de plusieurs villages : « la Roche », « la Haute Roche », « la Pilavinière » et « Préfouré ».

Les maîtres d’œuvre qui sont intervenus ces ouvrages :

  • le Cabinet ARRONDEL qui a été retenu pour la construction de la canalisation de transfert des effluents de l’ancienne vers la nouvelle station.
  • la DDAF (Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt) et plus particulièrement Jean-François CHAUVET pour la réalisation de la station.

Les entreprises intervenantes :

  • Nantaise des Eaux, et sous-traitants : Allard, Seribat, Espace clôture, F2E
  • Egetra, Sodilec, EDF, France Télécom, Saur, SCE, Socotec, ATAE

Schéma

Il s’agit d’une station de type « boues activées – aération prolongée » qui se décompose comme suit : Ligne photo N 0025 Cliche N 29 30

Pré-traitement par tamisage

Il permet de supprimer les matières en suspension dans l’eau.

Débimètre

Entrée et sortie qui mesure les volumes d’eaux usées traités à la station d’épuration.

Bassin Tampon

De 230 m3 équipé de 2 pompes immergées.
Ouvrage permettant de stocker les effluents en cas de fortes arrivées d’eaux usées, notamment en période de pluies très longues.

Bassin d’aération sécant

De 640 m3 équipé de 2 turbines.
Avec 2 turbines, cet ouvrage permet une oxygénation forcée des bactéries afin de traiter les eaux usées arrivant à la station d’épuration.

Cuve de déphosphatation

Elle est destinée au traitement du phosphore. C’est un traitement physico-chimique avec du chlorure ferrique injecté dans le bassin d’aération.

  • Regard dégazeur
  • Cuve de récupération des flottants

Bassin de décantation ou clarificateur

 Ø 14,80 m - 460 m3
Les boues se déposent au fond de l’ouvrage, l’eau épurée est récupérée.

Local boues

Local équipé d’une table d’égouttage pour enlever un maximum d’eau des boues.

Silo à boues

De 750 m3 équipé d’une couverture béton et d’un système de désodorisation pour limiter les nuisances olfactives.

Stockage des boues après déshydratation. Les boues sont ensuite évacuées par épandage sur les terrains agricoles aux périodes définies par le plan d’épandage annuel.

 

 

 

Bâtiment d’exploitation d’environ 40 m2.

Coût des travaux

Station d’épuration

+ poste de relevage à la Soudairie

917 736 € HT

Canalisation de transfert

221 598 € HT

Total opération

1 139 334 € HT

Financement de l’opération

 

Station d’épuration
Canalisation de transfert

 

€ HT

%

€ HT

%

Etat (D.G.E. :Dotation Global d’Equipement)

 

 

30 500

13 %

Conseil Général

412 981

45 %

42 440

20 %

Agence de l’Eau

321 208

35 %

31 840

15 %

Commune de Ligné

183 547

20 %

116 818

52 %

Total

917 736

 

221 598

 

Le 30 juin 2006, le Conseiller Général-Maire Maurice PERRION et son Conseil Municipal ont inauguré la nouvelle station d’épuration située sur la route de Petit-Mars près de la Soudairie, en présence de Françoise VERCHERE, vice-Présidente du Conseil Général, Dominique TREMBLAY et Hervé BREHIER, Conseillers Régionaux, les représentants des entreprises et des maîtres d’œuvre.

  Ruban coupédiscours

site internet mairie